Comment le gouvernement s’apprête à censurer les émissions Cash investigation, Envoyé spécial…

Projet d’économies sur France 2: comment le gouvernement s’apprête à censurer les émissions Cash investigation, Envoyé spécial et Complément d’enquête. par François Ruffin (Député)

Crédit vidéo : François Ruffin

30 pensées sur “Comment le gouvernement s’apprête à censurer les émissions Cash investigation, Envoyé spécial…

  • 24 novembre 2017 à 20:08
    Permalink

    c est le gouvernement plus absolu de la 5 eme République!!!!!……. une nouvelle liberté celle du silence ….

    Répondre
    • 26 novembre 2017 à 21:15
      Permalink

      Complètement d’accord LE ROI DIT JE VEUX …

      Répondre
  • 24 novembre 2017 à 22:27
    Permalink

    La dictature en marche ! C’est la devise de Mr.Macron et de ses complices 😈. Arrêtons les. 🏁

    Répondre
  • 25 novembre 2017 à 01:59
    Permalink

    il faut monter au créneau pour la défendre

    Répondre
    • 27 novembre 2017 à 11:51
      Permalink

      tout à fait d’accord!une honte de la part du gouvernement!censurer non!!!!

      Répondre
  • 25 novembre 2017 à 09:07
    Permalink

    C’est vrai que c’est une des méthodes employée couramment par des pouvoirs de république bananière, j’ai la faiblesse de croire que nous en sommes pas encore à ce stade mais la vigilance s’impose.
    Sans pour autant dire que c’est de la censure pur et simple, on peu s’interroger sur ces pratiques … Heureusement, vous êtes de ceux qui veillent et je suis persuadé que les médias emploierons d’autres canaux pour informer les citoyens.
    Les nouveaux médias numériques sont une forme nouvelle de communication et il sera très difficile de les faire taire. En espérant qu’internet ne soit pas un jour censuré lui aussi.

    Répondre
  • 25 novembre 2017 à 10:19
    Permalink

    Ne vous découragé pas ,vous faites un vrai travail d’enquête et d’investigation , bien sûr cela dérange, en tant que cheminot, j’ai trouvé le travail sur l’enquête du déraillement bien mené,
    Vous avez montré le visage d’un PDG d’une entreprise qui ne savait pas ce qui se passait dans sa boîte lors d’essais aussi important, on en parle au travail !
    Merci Élise et tout votre équipe !

    Répondre
  • 25 novembre 2017 à 10:54
    Permalink

    C’est absolument scandaleux nous allons dans un système rampant et sournois qui nous amène directement à la dictature. Le muselage des magazines et émissions d’investigations par des moyens détournés en sont la preuve flagrante. Terminé la liberté d’expression il est temps de réagir avant qu’il ne soit trop tard .

    Répondre
  • 25 novembre 2017 à 11:12
    Permalink

    Et après on nous dira que les grands industriels ne contrôlent pas l’état et les médias…

    Répondre
  • 25 novembre 2017 à 17:04
    Permalink

    En même temps, il est normal que l’argent public finance un journalisme d’information et non pas d’opinion.

    Répondre
    • 26 novembre 2017 à 10:16
      Permalink

      Parce que l’investigation est une opinion??? je n’avais pas compris que Le Figaro, les Echos, …qui sont des journaux largement subventionnés par les deniers publics n’avaient pas d’opinion!

      Répondre
  • 25 novembre 2017 à 18:38
    Permalink

    De quoi aurez vous l’air mesdames et messieurs les ministres, si vous allez dans le sens de l’obscuratisme et de l’opacite? La prochaine étape ce sera quoi? De bruler Elise Lucet sur le bucher comme une sorcière moyennageuse? De clouer une chouette à la porte de son domicile?. Le droit à l’ information vraie est un droit, laissez le nous.

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 06:55
    Permalink

    Etat d’urgence dans le droit commun;
    Journalistes et informations filtrés lors de grandes messes!!!;
    Emissions d’investigations ( excellentes) en passe de passer à la trappe;
    ……
    Quand ils sont venus chercher les ….., je n’ai rien dit, je n’étais pas ….
    …………….
    Quand ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour me défendre.
    Enfin si un: Hanouna 💔😖
    Lobotomisation en marche vers une démocrature 😤😤😱😱😱

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 11:14
    Permalink

    Comme d’habitude comme tout gouvernement et celui la encore plus nous vole notre démocratie. se partie En marche devrais s’appeler EMPNV ( en marche pour nous voler ) Et si un individu n’ a pas le droit d’en tuer un autre, alors l’État non plus. L’État ne vole pas les voleurs. .. puisque se sont eux les voleurs. Les hommes politiques sont pas tous des voleurs, mais quand ils vous serrent la main, recomptez vos doigts.

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 11:57
    Permalink

    Sans être trop naïf, il faut rester prudent : le fait que ce soit le gouvernement qui soit à l’origine d’une censure politique ne reste qu’une hypothèse, même si elle est plausible. Cela peut aussi être une décision interne de France télévision qui est soumise à une restriction budgétaire. En général, les managers sont obnubilés par les critères économiques. Cash Investigation a des résultats très inégaux en terme d’audience, et il peut être tentant de le remplacer par des émissions plus « faciles » qui attireront plus de public. Gardons toujours en tête le rasoir d’Hanlon : « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer ».

    Répondre
    • 1 décembre 2017 à 21:46
      Permalink

      Magnifique ce rasoir d’Hanlon ! je me la garde pour plus tard 🙂

      Répondre
  • 26 novembre 2017 à 12:15
    Permalink

    Est-ce qu’il y a une pétition qui circule comme la censure des ces émissions d’intérêt public?

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 18:29
    Permalink

    Vous êtes la personnalité préférée dès français et C’est mérité. Vous êtes honnête et courageuse. Vous méritez de rebondir dans un autre média libre.
    Cordialement

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 19:54
    Permalink

    NE LAISSONS PAS FAIRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!AIDONS-LA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! HALTE A L ETAT CENSURE!!!!!!!!!!!!! ASSEZ DU MUSELAGE !!!! DROIT D EXPRESSION BAFOUE!!!!!!!!!!!! ELISE ON EST AVEC TOI!!!!!!MERCI DE DENONCER CES VOYOUS!!!!!!!!!!!!!!l DEMOCRATIE!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 20:02
    Permalink

    Depuis que Macron est au pouvoir, chaque jour qui passe voit nos libertés se réduire comme une peau de chagrin, il veut une armée d’ esclave à sa botte et surtout que tout le monde se taise, surtout les médias, seul les très riches, les grands patrons auront dans l’avenir le droit de discuter avec notre cher président dictateur Macron.

    Répondre
  • 26 novembre 2017 à 20:19
    Permalink

    bravo élise, et courage pour tes enquétes pleins d francais te soutienne

    Répondre
  • 27 novembre 2017 à 09:47
    Permalink

    J espere que cela n arrivera jamais mais je pense q avec ce gouvernement il faudra etre plus que vigilant un président a la solde de la finance pas bon du tout !! par contre nous le peuple nous veillons !! attention de ne pas aller trop loin messieurs le mot révolte vous connaissez !! alors méfiance nous ne sommes pas des moutons illettrés et nous n allons pas continuer bien plus longtemps a regarder impassible détruire notre chere démocratie nous sommes en France

    Répondre
  • 27 novembre 2017 à 13:49
    Permalink

    Il faut éviter que ces émissions ne soient supprimées
    Élise nous vous soutenons au nom de la liberté de l’information
    Vive la democratie

    Répondre
  • 27 novembre 2017 à 14:00
    Permalink

    La France ou la monarchie absolue par quinquennats.

    ‘Culés…

    Répondre
  • 29 novembre 2017 à 14:17
    Permalink

    Enfin ! Il était temps d’arrêter de financer avec l’argent de la redevance ces émissions indignes, qui sous le couvert de « l’information » ne sont que lavage de cerveaux, désinformation et positions partisanes. Le service public va peut être retrouver un peu d’objectivité dans le traitement de l’info.

    Répondre
  • 29 novembre 2017 à 19:13
    Permalink

    Je lit beaucoup je suis encore choquée des voles des hautes personnalités c est
    honteux j aime l émission d elise il en faudrait beaucoup comme elle

    Répondre
  • 1 décembre 2017 à 21:43
    Permalink

    Je suis tout à fais d’accord avec ces propos. Je découvre ce site et « lavraiedemocratrie.org » a le mérite de mettre le problème en évidence. Mais, il y a un axiome de départ dont il faut tenir compte : Comment protéger durablement la critique au sens large, en impliquant donc aussi la critique du pouvoir publique, si on compte sur les finances des pouvoirs publiques pour le faire ?
    Existe-t-il des lois obligeant un gouvernement, quelque soit sa couleur politique, à accepter un certains niveau de résistance et à payer pour cela ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *